Politique Scientifique

La formation des enseignants, mission principale de l’école, implique une interrelation entre des savoirs académiques et des savoirs didactiques et pédagogiques pour accompagner l’apprentissage du métier. Autrement dit, une production de connaissances fondamentales et une production de connaissances plus appliquées, sont articulées pour former des enseignants experts d’une discipline et experts de l’enseignement de cette discipline dans un contexte particulier, celui d’un enseignement professionnel préparant aux métiers de l’agriculture au sens large.

La politique scientifique de l’ENSFEA se déploie dans cet environnement particulier au croisement de savoirs pluriels. Elle a pour objectif de produire des connaissances fondamentales en sciences humaines et sociales, en sciences agronomiques, économiques…… mais aussi des connaissances sur et pour le système d’enseignement agricole, le monde professionnel agricole et rural pour accompagner les mutations en cours, répondre aux enjeux éducatifs actuels et former les enseignants de demain. Les enseignants chercheurs et les laboratoires développent donc des travaux de recherche à l’articulation de savoirs académiques, didactiques et professionnels.

La politique scientifique de l’ENSFEA trouve des prolongements dans la valorisation et la diffusion de la culture scientifique, ce qui constitue une autre manière de contribuer à la circulation des savoirs entre la recherche, la formation principalement celle des enseignants et les professionnels et de répondre aux demandes sociales.

La dynamique et la complexité des questions posées par l’agriculture, leurs interactions avec les environnements et les sociétés, imposent à l’ENSFEA de combiner des recherches en sciences humaines et sociales, en sciences biotechniques et en sciences de la matière et du vivant. La politique scientifique de l’ENSFEA prend forme dans ses collaborations sur le site toulousain au sein des Unités Mixtes de Recherche (UMR), dans le cadre des réseaux et projets de recherche nationaux et internationaux en cohérence avec les orientations du ministère en charge de l’agriculture.

Les recherches sont orientées autour de trois thématiques principales en relation avec les missions de l’ENSFEA et les orientations de la politique agricole et de la loi d’avenir (2014) :
• La dynamique des territoires (accompagner les mutations des territoires et sociétés rurales)
• La transition agroécologique (produire autrement et durablement dans un régime d’incertitude)
• Les enjeux d’enseignement et d’éducation dans un contexte de transition : prise en compte des publics, savoirs et incertitudes, dispositifs innovants pour l’Enseignement Agricole

A travers la production des connaissances scientifiques et des coopérations développées avec les acteurs de terrain, toutes les UMR de l’ENSFEA ont un rôle important à jouer pour initier et accompagner les rénovations, la mise en œuvre des référentiels de formation de l’Enseignement Agricole (EA). Elles participent toutes à la formation des enseignants de l’EA et à diverses formations diplômantes. Les liens forts entre l’enseignement et la recherche dans une école de formation agronomique privilégient les approches pluridisciplinaires qui éclairent et nourrissent les questions de formation et favorisent l’innovation dans le système de l’EA en accompagnant l’évolution des métiers d’agriculteurs, d’agents de développement, d’enseignants et ceux en émergence dans la gestion de l’environnement et de l’espace rural.

Toutes les forces de recherche de l’ENSFEA contribuent à relever le défi du ministère de l’agriculture ratifié dans
la loi d’avenir de l’agriculture par le soutien à des systèmes agricoles agroécologiques et concourent à l’ambition politique de « Produire autrement ». Les recherches de l’ENSFEA contribuent ainsi au projet Enseigner à Produire Autrement.

L’ENSFEA est impliquée dans des projets lauréats des investissements d’avenir :

• Deux Laboratoires d’excellence (LABEX) :
– « Vers une Théorie Unifiée des Interactions biotiques : rôle des Perturbations environnementales » (TULIP) : UMR EDB. Le potentiel de recherche est d’environ 400 personnes.
– « Structuration des Mondes Sociaux » (SMS) : UMR AGIR, DR, LEREPS. Le nombre total de chercheurs est de 470 permanents.

• Une Initiative d’excellence (IDEX) : « The importance of Epigenetic-Heredity: An experimental evolution approach in the pea aphid (Acyrthosiphon pisum Harris) » (EPI-H2) où l’UMR EDB est partie prenante.

 

 

Haut de page ↑