Rénovation Baccalauréat STAV : FAQ

Le baccalauréat technologique série « sciences et technologies de l’agronomie et du vivant » (STAV) a été rénové dans le cadre de la réforme du baccalauréat 2021. A la suite des consultations des équipes pédagogiques qui ont été menées depuis le 19 décembre 2018, vous trouverez ici une série de Questions/Réponses.

L’accompagnement de cette rénovation a débuté au mois d’avril et se poursuivra tout au long des mois à venir.

Vous avez été sollicité pour poser des questions sur la rénovation dont vous trouverez ci-dessous une première série de réponse.

Ces questions permettront d’étoffer la FAQ déposée ici-même, la version actuelle sera complétée par la suite grâce à vos contributions.
Certaines de vos questions nous permettront également de construire les futures sessions STAV qui auront lieu l’année prochaine à partir de décembre.

Foire aux questions :

Le nouveau baccalauréat technologique s’inscrit dans la réforme du “baccalauréat 2021” conduite par le ministère en charge de l’éducation nationale.
L’enseignement agricole est contraint par la nouvelle typologie d’enseignements et le nouveau règlement d’examen définis par le décret n°2018-614 du 16 juillet 2018.

  • Nouvelle typologie d’enseignements : enseignements communs, enseignements de spécialité, enseignements optionnels
  • Nouvelle typologie d’examen : épreuves terminales, contrôle en cours de formation, contrôle continu

L’inscription dans Parcoursup des jeunes qui souhaitent poursuivre leurs études implique de rédiger un nouveau référentiel de diplôme qui prenne en compte ces nouvelles typologies d’enseignement et d’épreuves. Pour l’enseignement agricole, la DGER en accord avec l’inspection de l’enseignement agricole et les partenaires sociaux, a souhaité tout en s’inscrivant dans ce nouveau cadre, conserver les spécificités du baccalauréat STAV : les enseignements d’éducation socioculturelle et de technologies de l’informatique et du multimédia, la pluridisciplinarité, les stages individuels et collectifs, une architecture modulaire et les 5 domaines technologiques emblématiques des secteurs d’activités couverts par le ministère en charge de l’agriculture (agroéquipement, aménagement, services, production, transformation).

La mise en œuvre du nouvel examen du baccalauréat pour toutes les séries technologiques, dont la série STAV, ne peut pas être différée. Tous les élèves, de toutes les séries du baccalauréat technologique, passeront le nouvel examen à la session 2021 (2020 pour les épreuves anticipées).

=> Arrêté du 31 juillet 2018 portant organisation et volumes horaires des enseignements accessible depuis chlorofil.fr Arrêtés du 31 juillet 2018 portant organisation des épreuves et du 10 décembre 2018 relatif aux épreuves anticipées accessible depuis www.chlorofil.fr

Le référentiel de diplôme du baccalauréat technologique série STAV, produit par le ministère en charge de l’agriculture, présente les objectifs de chaque module. Un document d’accompagnement propose pour chaque module, des indications et des pistes de mise en œuvre pédagogique.

=> Ces documents d’accompagnement sont rédigés par l’inspection de l’enseignement agricole. Leur publication est prévue au printemps 2019. Ils sont consultables et téléchargeables depuis le site www.chlorofil.fr (Diplômes et référentiels > Baccalauréat technologique).

Un accompagnement des équipes pédagogiques est prévu dès l’année 2019. Quatre sessions institutionnelles de lancement sont prévues entre avril et mai 2019. Elles seront à destination des équipes de l’ensemble du territoire. Des ateliers d’accompagnement thématiques sont prévus dès l’année 2020.
Des actions de formation continue inscrites au plan national de formation (PNF) ou au plan régional de formation (PRF) sont également prévues pour accompagner les enseignants sur les évolutions des programmes disciplinaires.

=> La note de service n° DGER/MAPAT/2019-155 et toutes les informations sont accessibles depuis le site www.chlorofil.fr (Emplois concours formation et carrière > Formation continue des personnels)

Le référentiel de diplôme est publié par arrêté suite à sa présentation au comité national de l’enseignement agricole (CNEA) La grille horaire correspondant à chaque domaine technologique est définie par arrêté. Ce texte est publié suite à sa présentation au comité national de l’enseignement agricole (CNEA).

Les documents d’accompagnement et la note de cadrage des épreuves du baccalauréat technologique rénové produits par l’inspection de l’enseignement agricole seront disponibles au plus tard début avril 2019.
Les productions réalisées à l’issue des sessions d’accompagnement (en 2019 et en 2020), seront mises à disposition des équipes.

=> Toutes les références réglementaires et les ressources relatives à la mise en œuvre du diplôme rénové sont consultables et téléchargeables sur www.chlorofil.fr.

Les dispositifs « section européenne » et « section sportive de l’enseignement agricole » (SSEA) peuvent être proposés aux élèves du baccalauréat technologique rénové, sans changement selon la réglementation dédiée.

Les cadrages des sections européennes et des SSEA sont définis respectivement par note de service.

=> Références et données spécifiques aux sections européennes accessibles sur www.chlorofil.fr (Diplômes et référentiels > Références communes jusqu’au niveau 4 > Sections européennes – Langues vivantes)
Références et données spécifiques aux sections européennes accessibles sur www.chlorofil.fr (Diplômes et référentiels > Références communes jusqu’au niveau 4 > Sports)

Les finalités du Bac STAV sont de former des citoyens acteurs et responsables, de leur permettre d’acquérir une culture scientifique contextualisée en lien avec les enseignements de spécialités et le domaine technologique choisi, d’analyser et d’exercer une réflexion critique pour s’inscrire dans un parcours de l’enseignement supérieur, le tout s’articulant autour de stages individuels et collectifs et d’enseignements pluridisciplinaires.

Les troncs communs de tous les Baccalauréats des séries technologiques (Enseignement Agricole et Éducation Nationale) s’apparentent entre eux pour faciliter les passerelles, les réorientations et favoriser l’accès de nos élèves aux études supérieures notamment universitaires. L’enseignement agricole a néanmoins fait le choix de maintenir une organisation de la formation en modules pour favoriser une approche interdisciplinaire des enseignements.

Le tronc commun étant similaire à celui des séries technologiques de l’Education nationale, il sera possible pour un élève de l’Éducation Nationale ou de l’Enseignement Agricole de se réorienter tout en conservant les acquis de l’année de première.

Elles sont disponibles sur le site www.chlorofil.fr

Le module C5 reprend les disciplines présentes dans le module M5 du baccalauréat STAV rénové en 2013, Philosophie, histoire-géographie et éducation socioculturelle. Les SESG appartiennent à l’enseignement de spécialité « Territoires et sociétés » et au module S4 « Territoires et Technologie » .

Non. Le baccalauréat technologique n’est pas un diplôme professionnel, ce diplôme ne peut donc pas règlementairement être proposé en apprentissage.

La dotation globale horaire prévoit 155 heures de pluridisciplinarité dont 31 heures sont spécifiques au domaine technologique.
Si un établissement propose 2 domaines technologiques, 124 h de pluridisciplinarité sont communes à tous les élèves et 31 h sont spécifiques à chacun des domaines technologiques.

Seul le stage collectif « Étude d’une activité dans un territoire » est doté pour chaque domaine.

Non, en termes de contenu de formation, les référentiels restent spécifiques au ministère en charge de l’agriculture.

Non ; L’unité facultative « mobilité » ne concerne que le baccalauréat professionnel. Néanmoins, la possibilité pour les élèves de réaliser en partie ou en totalité un stage à l’étranger existe et celui-ci ne sera pas considéré comme un enseignement optionnel.

Oui. Les élèves pourront faire reconnaître l’unité facultative « engagement citoyen ».
L’évaluation de cette unité facultative sera prise en compte dans le cadre du contrôle continu, et ce, même si l’élève suit déjà deux enseignements optionnels.

Il faut distinguer ce qui relève de la santé sécurité au travail (SST) et la formation « sauveteur secouriste du travail SST » qui relève du même acronyme.
La santé sécurité au travail doit être une préoccupation dans tous les enseignements et activités techniques et pratiques réalisés par l’élève. Le stage « Éducation à la santé et au développement durable » intègre également cette préoccupation, en particulier en matière d’éducation aux risques. Dans ce stage, 10 heures sont prévues pour la préparation et la valorisation des périodes de formation en milieu professionnel avec une entrée sur la sécurité au travail. Par ailleurs, la formation « Sauveteur secouriste du travail » est une formation de 12h permettant d’obtenir un certificat, qui n’est pas obligatoire pour le baccalauréat technologique.

Les évaluations ponctuelles terminales des deux enseignements de spécialité de terminale se dérouleront autour des vacances de printemps ; le calendrier n’est pas encore définitivement arrêté par l’éducation nationale et à ce jour les notes précises qui seront remontées dans Parcoursup ne sont pas encore connues.
Les équipes pourront donc poursuivre leur travail de préparation et d’accompagnement de leurs élèves, avec d’une part, la finalisation des derniers CCF, d’autre part, la préparation aux épreuves terminales de philosophie et du Grand Oral (épreuve qui est adossée sur un ou plusieurs enseignements de spécialité) et enfin la préparation à la poursuite d’études.

Les nouvelles échéances sont liées à Parcoursup et à la poursuite d’études.
Les épreuves ponctuelles terminales se dérouleront selon le calendrier suivant :

  • Épreuves anticipées de français : juin de la classe de première
  • Épreuves des enseignements de spécialité « Gestion des ressources et de l’alimentation » et « Territoire et Technologie » : autour des vacances de printemps
  • Épreuve de philosophie : juin de la classe de terminale
    Épreuve orale terminale : juin de la classe de terminale

Des réunions de présentation concernant l’évaluation nouvelle du STAV seront planifiées à destination des présidents et présidents adjoints de jury. Elles seront prévues en inter région dès octobre 2019. Ces réunions seront animées par l’inspection de l’enseignement agricole (IEA) et le bureau des diplômes de l’enseignement technique (BDET).

Il n’y a en effet pas d’affectation horaire par discipline afin de laisser de la latitude aux équipes pédagogiques pour construire leurs projets pluridisciplinaires en fonction du contexte ou des opportunités. Des volumes horaires minimum et obligatoires sont indiqués pour chaque thématique.
Par exemple, la Thématique 1 comprend 30 heures. On pourra y ajouter 5 heures du volant de 20h non ciblés si on le souhaite. Autre exemple, pour la Thématique 5 « Pratiques sociales et professionnelles du numérique » où les modules C4, C5, S1 et S4 peuvent être mobilisés et dont la finalité porte sur les enjeux de la transition numérique ; son articulation avec les modules pourra être différente selon les équipes, les unes s’attachant plus à la dimension éthique (en lien avec le module C5), d’autres mobilisant davantage les pratiques professionnelles (module C4, S4)

Des pistes de mise en œuvre seront proposées dans les documents d’accompagnement modulaires. Les travaux en ateliers lors des sessions d’accompagnement de la rénovation pourront permettre la production d’ illustrations en matière d’organisation.

Les modules notés sont ceux susceptibles d’être mobilisés mais il n’y a pas obligation de tous les mobiliser. C’est une proposition large. Les associations peuvent être plus resserrées en fonction des projets pédagogiques discutés en équipe et retenus.

En effet, le module C2 « langue et culture étrangère » n’est associé directement à aucune des thématiques. Cependant, la thématique 8 de la pluridisciplinarité n’est pas définie et peut donc mobiliser les langues vivantes.
De la même manière, en fonction du projet de l’équipe pédagogique, les langues vivantes pourront être convoquées au même titre que toute autre discipline pour répondre à la finalité d’une thématique en utilisant une part des 20h supplémentaires non affectés.

Les volumes horaires peuvent être organisés librement d’une année ou d’un cycle à l’autre en fonction des projets à mener qui sont déterminés par les équipes.

Il n’y a aucune obligation à soumettre cette organisation à la validation formelle d’une instance de l’établissement mais elle pourra être discutée en Conseil de l’Éducation et de la Formation et/ou en Conseil Intérieur.

Il n’y a pas de note propre à la pluridisciplinarité à intégrer en CCF ou dans le contrôle continu.
Par contre, des sujets traités en pluridisciplinarité et associés à certains modules peuvent être valorisés dans le cadre de l’évaluation du ou des modules concernés.

Les stages font partie intégrante de la formation et sont valorisés dans le cadre du contrôle continu. Une attention particulière est portée sur leur préparation et la formalisation de leur restitution par les élèves (portfolios, carnets de bord, etc.). Ces stages peuvent être réalisés à l’étranger.
Au titre des enseignements obligatoires, la formation comprend 5 semaines de stages individuels, dont 3 semaines prises sur la scolarité, effectuées en entreprise ou en organisme professionnel. Assimilés à des périodes de formation en milieu professionnel, les stages peuvent permettre à l’élève d’une part, de participer à la mise en œuvre d’un processus technologique en lien avec les modules S3 “Technologie” et S4 “Territoires et Technologie” ; d’autre part, d’accompagner et d’enrichir une démarche d’investigation en lien avec le projet conduit dans le cadre de l’épreuve orale terminale et enfin de construire son projet d’orientation.

=> L’organisation des stages et le suivi des élèves sont réalisés dans le cadre des dispositions prévues par la note de service n° DGER/SDPFE/2017-216 du 10 mars 2017.

Ils sont définis dans le référentiel de diplôme. Les cinq semaines de stage individuel sont réalisées en entreprise ou en organisme professionnel.
Ce stage correspond à une période de formation en milieu professionnel.
Trois finalités ont été définies pour ce stage. Il peut permettre à l’élève :

  • de participer à la mise en œuvre d’un processus technologique en lien avec les modules S3 « Technologie » et S4 « Territoires et Technologie » (il peut donc être pertinent de placer une partie du stage en classe de Terminale)
  • d’accompagner et d’enrichir une démarche d’investigation en lien avec le projet conduit dans le cadre de l’épreuve orale terminale
  • de construire son projet d’orientation
    Le stage s’organise conformément à la note de service DGER/SDPFE/2017-216 du 10-03-2017 autant pour le suivi individuel que pour les règles de sécurité à appliquer.

Il ne s’agit pas d’un stage d’observation tel que défini dans la note de service sur les stages en milieu professionnel DGER/SDPFE/2017/216 du 10/03/2017.
Les élèves durant leur stage peuvent être amenés à effectuer des activités dans le respect de la réglementation concernant la sécurité tout autant que des observations.

Le stage ne se déroule pas forcément en totalité dans la même entreprise ou organisme professionnel. Il peut se faire sur les deux années de formation et être découpé en plusieurs périodes. Il permet d’appréhender différents contextes y compris à l’étranger et il répond à l’élaboration du projet d’orientation. Il peut être néanmoins proposé d’effectuer au moins trois semaines dans une même entreprise/ organisation du domaine technologique.

Le grand oral étant basé sur l’expérience acquise par le candidat dans son parcours de formation et adossé à un ou plusieurs enseignements de spécialité . Le stage individuel apporte des éléments concrets et dans un contexte déterminé qui peuvent alimenter sa réflexion sur un enjeu du monde contemporain.

Le stage individuel fait partie intégrante de la formation.
Il n’y a pas de CCF ni d’épreuve terminale spécifiques au stage individuel.
Cette période de formation en milieu professionnel (PFMP au titre réglementaire)pourra être prise en compte à travers l’évaluation des modules des enseignements de spécialité selon les choix de l’équipe pédagogique dans le cadre des 10 % du contrôle continu.

Le stage individuel contribue au projet de l’élève.
Une attention particulière sera portée à sa préparation et à son suivi, notamment à travers des outils de formalisation ( portfolios, carnets de bord..).

Si l’élève ne réalise pas de stage, il n’a pas la complétude de sa formation. Ceci peut être la source d’un recours des familles contre l’administration.

Les stages individuels en entreprise ou en organisme professionnel sont des stages qui ont le statut de périodes de formation en milieu professionnel. Ils relèvent des champs professionnels couverts par le ministère en charge de l’agriculture : production, aménagement, services, transformation et agroéquipements.
Il est préconisé de réaliser au moins trois semaines de stage dans le domaine technologique dans lequel est inscrit l’élève.
Dans le cadre de l’accompagnement au projet personnel de l’élève et de l’accompagnement au choix de l’orientation, des stages peuvent être réalisés dans d’autres domaines technologiques qui relèvent du périmètre du diplôme du baccalauréat technologique série STAV.
Par exemple, un élève inscrit dans le domaine technologique « Transformation », suit au moins trois semaines de stage dans ce domaine. Il peut choisir ensuite de suivre un stage en lien avec le secteur social ou médico-social (stage qui relève du domaine technologique services). Ce dernier stage est ainsi susceptible de contribuer au projet personnel du candidat.
En revanche, il n’est pas réglementairement envisageable d’autoriser un élève à poursuivre un stage de « période de formation en milieu professionnel » en lien avec l’industrie sidérurgique par exemple, ce domaine ne relevant pas des champs professionnels couverts par le ministère en charge de l’agriculture.

Les 3 semaines de stages collectifs sont maintenues au titre des enseignements obligatoires. Encadrées par l’équipe pédagogique, ces 3 semaines (93h élèves) s’articulent avec les enseignements modulaires. Elles correspondent à :

  • un stage “Territoires” complémentaire des modules C5 “Culture humaniste et citoyenneté” et S2 “Territoires et Sociétés” ; dont l’objectif général est de comprendre les dynamiques et les processus de développement en jeu sur un territoire donné, grâce à l’étude des interactions entre les acteurs et les ressources
  • un stage “Étude d’une activité dans un territoire” complémentaire des modules S3 “Technologie” et S4 “Territoires et technologie” selon le domaine technologique choisi ; dont l’objectif général est d’étudier un cas concret d’activité et les particularités de sa mise en œuvre dans un cadre territorial singulier en lien avec les domaines technologiques abordés dans les modules S3 et S4
  • un stage “Éducation à la santé et au développement durable” dont les objectifs généraux sont d’induire une réflexion sur les conduites et les pratiques individuelles ou collectives, de favoriser un comportement responsable dans la vie personnelle et professionnelle.

Ces stages collectifs sont des situations de formation permettant, en relation avec une réalité concrète, l’acquisition d’outils et de méthodes. Un stage constitue, avec les apports des modules, une démarche intégrée d’acquisition de compétences.
Chacun de ces stages peut être, à la convenance de l’équipe pédagogique, organisé sur une période bloquée ou, au contraire, être fractionné. Quel que soit le choix fait, chaque stage doit toutefois garder sa cohérence : c’est à cette condition que l’élève peut percevoir le lien entre les apports des modules et des disciplines et les activités réalisées sur un objet d’étude et un espace identifié.

=> Pages 7-8 du référentiel de diplôme, consultable et téléchargeable depuis le site www.chlorofil.fr

Il y a trois stages collectifs correspondant à un potentiel horaire équivalent à une semaine chacun.
Le stage « Territoires » articulé avec le module S2 mobilise les disciplines des modules S2 et C5 : l’histoire-géographie, les sciences économiques sociales et de gestion, l’éducation socioculturelle et éventuellement d’autres disciplines.
Le stage « Étude d’une activité dans un territoire » est en lien avec les domaines technologiques et les modules S3 et S4. Ce sont les enseignants de ces modules qui assurent sa mise en œuvre.
Le stage « Éducation à la santé et au développement durable » est porté par l’équipe pédagogique selon l’organisation décidée.

Ils peuvent contribuer à l’évaluation modulaire (ex modules S2 ou S3) en s’appuyant notamment sur les outils et les méthodologies d’analyse développés à partir d’un cas concret ou d’un contexte territorial singulier.
La possibilité de valorisation individuelle ou collective des projets menés, par exemple par la présentation de résultats ou une restitution orale aux acteurs du territoire, peut être aussi envisagée.

Oui, ce stage collectif et uniquement celui-ci est en effet lié aux domaines technologiques.
Dans le cas d’une classe où il y a deux domaines technologiques, ce stage « Etude d’une activité dans le territoire » étant relié aux modules S3 et S4, est doté pour chacun des domaines.

Pourquoi pas, si cela reste cohérent dans la construction du parcours de formation.

Les enseignements d’ESC et de SESG du module S2 « Territoires et sociétés » contribuent en effet à la préparation au stage en apportant des notions, des démarches, des outils qui pourront être mobilisés durant le stage.
15h de pluridisciplinarité à définir par l’équipe pédagogique peuvent être également mobilisés, si nécessaire, pour cette préparation.
Dans tous les cas, ce sont les équipes qui doivent envisager les objectifs spécifiques poursuivis durant le stage et sa mise en œuvre pour penser les besoins préalables.

L’accompagnement personnalisé favorise, pour l’élève, l’acquisition de compétences propres à la série STAV du baccalauréat technologique, tout en lui permettant de développer son projet d’orientation post-bac. Les activités proposées dans le cadre de l’AP incluent la construction d’un parcours de formation et d’orientation, le travail sur les compétences de base, des travaux interdisciplinaires et la construction d’une démarche de conduite de projet personnel.
Dans la rénovation du STAV, un focus particulier est fait sur l’accompagnement au choix de l’orientation.

Sur la grille horaire, l’accompagnement personnalisé est désigné par « accompagnement au choix d’orientation ». Pour les élèves, la grille horaire attribue 124 heures d’accompagnement personnalisé sur les deux années soit 2 heures par semaine. Cependant, Il n’y a pas l’obligation à répartir l’accompagnement personnalisé de façon hebdomadaire, d’autres possibilités peuvent être plus pertinentes (par exemple des temps forts sur l’année). La liberté d’initiative et d’organisation reconnue aux équipes pédagogiques permet de répondre de manière diversifiée aux besoins des élèves.
La mise en œuvre de l’accompagnement au choix de l’orientation devra prendre également en compte les étapes de Parcoursup.

Oui, cela ne change pas avec la réforme. Les 124 heures d’accompagnement personnalisé peuvent participer à ces semaines puisque dans l’AP un focus particulier est fait sur l’accompagnement au choix de l’orientation. Les établissements ont une marge d’initiative pour organiser soit des semaines complètes soit des temps forts

Oui, il s’adresse à tous les élèves tout au long de leur scolarité au lycée. Il favorise, pour l’élève, l’acquisition de compétences propres à la série STAV et permet de développer son projet d’orientation vers l’enseignement supérieur.

Les volumes horaires de l’accompagnement personnalisé peuvent être organisés librement d’une année à l’autre en fonction des projets des équipes.

Les cinq domaines technologiques correspondent aux anciens EIL du précédent bac techno, à savoir : Production, Aménagement, Transformation, Services et Agroéquipement.

Les 5 domaines technologiques sont structurels : chaque établissement détermine le ou les domaines qu’il va proposer et qui doivent être validés par l’autorité académique (DRAAF).

Cela n’est pas favorable de changer ainsi, mais les réorientations sont possibles à la fin de la première

Les disciplines techniques des modules S3 et S4 sont dotées pour chaque domaine proposé par l’établissement ainsi qu’une partie des heures de pluridisciplinarité . En effet, dans la dotation, sur les 155h de pluridiscipliarité (heures élèves), 31 h sont spécifiques au domaine technologique.Si un établissement propose 2 domaines technologiques , 124 h de pluridisciplinarité sont communes à tous les élèves et 31 h sont spécifiques à chacun des domaines.

L’épreuve de spécialité S4 comporte deux parties, une première partie de SESG commune à l’ensemble des candidats quel que soit le domaine technologique choisi et une partie spécifique. Les enseignements modulaires, les activités pluridisciplinaires doivent amener les élèves à maîtriser les compétences visées.
Le nombre d’heures en lien avec les disciplines des domaines technologiques ne change pas par rapport à l’ancien baccalauréat technologique. La mise en relation du stage collectif «Étude d’une activité dans le territoire» avec le module S3 (en première) et/ou le module S4 (en Terminale) participe également à la formation des élèves.

Elle est traitée de manière transversale dans les enseignements disciplinaires et technologiques à partir d’activités contextualisée pour la préparation au stage individuel.
C’est un prérequis à toute mise en œuvre pratique. Une séquence de formation est organisée dans le cadre du stage collectif «Education à la santé et au développement durable» (pour une durée horaire équivalente à au moins 10h (cf. dispositions de la note de service DGER/SDPFE/2017-216 du 10mars 2017: Périodes de formation en milieu professionnel, stages et autres séquences en milieu professionnel des élèves et étudiants de l’enseignement et de la formation professionnelle agricoles).

Le module vise à faire découvrir aux élèves la diversité des activités du domaine de l’aménagement et à leur faire comprendre comment s’opèrent les choix techniques. Les différents secteurs sont mobilisés mais l’idée n’est pas de viser l’exhaustivité. L’étude réitérée de différentes opérations d’aménagement doit permettre aux élèves d’acquérir des méthodes et des savoirs transposables, et une culture du domaine de l’aménagement sans toutefois en faire des “spécialistes” d’un secteur en particulier.

Non, les objectifs sont différents, S3 et S4 s’articulent pour monter en complexité.

Ce sont les nouveaux enseignements optionnels qui remplacent les anciens enseignements facultatifs du baccalauréat technologique, série STAV. Tous les enseignements sont reconduits :

  • Langue vivante C : langue vivante étrangère (à choisir parmi allemand, anglais, espagnol, italien), langue régionale ou langue des signes française
  • Pratiques physiques et sportives
  • Hippologie-équitation
  • Pratiques sociales et culturelles
  • Pratiques professionnelles

Les élèves peuvent choisir deux enseignements optionnels maximum. Ces enseignements optionnels sont dispensés à raison de 3 heures hebdomadaires en classe de première et en classe de terminale. Ils sont évalués dans le cadre du contrôle continu.

=> La note de service définissant les enseignements optionnels et facultatifs est consultable et téléchargeable sur www.chlorofil.fr (Diplômes et référentiels > Références communes jusqu’au niveau 4 > Unités et enseignements facultatifs)

L’unité facultative “engagement citoyen” est proposée aux élèves du baccalauréat technologique rénové, sans changement selon la réglementation dédiée.
L’unité facultative “engagement citoyen” est définie par l’arrêté du 13 juin 2017. Le cadrage de sa mise en oeuvre est décrit dans la note de service n° DGER/SDPFE/2017-549 du 21 juin 2017.

=> Les références et le FAQ spécifique à cette unité facultative accessibles sur www.chlorofil.fr (Diplômes et référentiels > Références communes jusqu’au niveau 4 > Unités et enseignements facultatifs)

Le code de l’éducation modifie le baccalauréat général et tous les baccalauréats technologiques dont la série STAV. L’enseignement agricole est contraint par cette nouvelle architecture de l’examen afin de permettre à nos élèves de s’inscrire dans Parcoursup au même titre que les bacheliers des autres séries technologiques.

Le nouvel examen du baccalauréat technologique est composé de 5 épreuves ponctuelles terminales (EPT), de contrôles en cours de formation (CCF) et du contrôle continu en première et en terminale.

Les épreuves ponctuelles terminales concernent :

  • Le français : une épreuve terminale orale anticipée (coefficient 5) et une épreuve terminale écrite anticipée (coefficient 5)
  • La philosophie : une épreuve terminale écrite de 3h (coefficient 4)
  • L’enseignement de spécialité “Gestion des ressources et de l’alimentation” : une épreuve terminale écrite de 2h30 (coefficient 16)
  • L’enseignement de spécialité “Territoires et technologie” : une épreuve terminale écrite de 3 h (coefficient 16)
  • L’épreuve orale terminale de 20 minutes (coefficient 14)

C’est la moyenne coefficientée de toutes les notes obtenues aux épreuves ponctuelles terminales qui est comptabilisée pour une part de 60 % dans la note finale.

Les modalités du contrôle en cours de formation (CCF) restent inchangées ; elles restent définies par le ministère en charge de l’agriculture et sont précisées par note de service. Cette note sera diffusée après la publication officielle du référentiel de diplôme. Il n’y aura pas de banque nationale de sujets.
Les CCF concernent : la langue vivante A, la langue vivante B, l’éducation physique et sportive, les mathématiques et technologies de l’informatique et du multimédia, l’éducation socioculturelle, l’histoire-géographie, la physique-chimie, l’enseignement de spécialité “Territoires et sociétés”, l’enseignement de spécialité “Technologie”.
Il n’y a pas de coefficient pour chaque CCF . C’est la moyenne de toutes les notes obtenues en CCF qui est comptabilisée pour une part de 30 % de la note finale.

Le contrôle continu correspond à la prise en compte de notes reportées sur le bulletin scolaire.
La note de contrôle continu concerne : le français, la philosophie, l’éducation socioculturelle, l’histoire-géographie, l’enseignement moral et civique, la langue vivante A, la langue vivante B, les mathématiques et technologies de l’informatique et du multimédia, l’éducation physique et sportive, toutes les disciplines des enseignements de spécialité, le ou les enseignements optionnels, les stages individuels en lien avec les enseignements de spécialité.
C’est la moyenne de ces notes qui est comptabilisée pour une part de 10 % de la note finale.

=> Les textes réglementaires précisant le cadrage des CCF et du contrôle continu, en cours de mise à jour, seront consultables et téléchargeables sur le site www.chlorofil.fr dès leur publication. Les arrêtés du 31 juillet 2018 et du 10 décembre 2018 relatif aux épreuves sont consultables sur www.chlorofil.fr

En tant que diplôme du ministère en charge de l’agriculture, le baccalauréat technologique, série STAV rénové confère la capacité agricole à ses titulaires dès lors qu’il est complété par un plan de professionnalisation personnalisé (PPP).

=> Arrêté du 29 octobre 2012 portant définition de listes de diplômes, titres et certificats pour l’application des articles L. 331-2 (3°), R. 331-1 et D. 343-4 du code rural et de la pêche maritime

Le nouvel examen du baccalauréat technologique est composé de 5 épreuves ponctuelles terminales (EPT), de contrôles en cours de formation (CCF) et du contrôle continu en première et en terminale.
Les candidats au baccalauréat technologique série STAV qui ne bénéficient pas du CCF présentent les 5 épreuves ponctuelles terminales communes à tous les candidats, qu’ils bénéficient ou non du CCF.

Ces épreuves ponctuelles terminales concernent :

  • Le français : une épreuve terminale orale anticipée (coefficient 5) et une épreuve terminale écrite anticipée (coefficient 5)
  • La philosophie : une épreuve terminale écrite de 3h (coefficient 4)
  • L’enseignement de spécialité “Gestion des ressources et de l’alimentation” : une épreuve terminale écrite de 2h30 (coefficient 16)
  • L’enseignement de spécialité “Territoires et technologie” : une épreuve terminale écrite de 3 h (coefficient 16)
  • L’épreuve orale terminale de 20 minutes (coefficient 14)

C’est la moyenne coefficientée de toutes les notes obtenues aux épreuves ponctuelles terminales qui est comptabilisée pour une part de 60 % dans la note finale.

Les autres disciplines et modules sont évalués sous forme d’épreuves ponctuelles terminales. Ces épreuves concernent : la langue vivante A, la langue vivante B, l’éducation physique et sportive, les mathématiques et technologies de l’informatique et du multimédia, la physique-chimie, l’enseignement de spécialité “Territoires et sociétés”, l’histoire-géographie et l’éducation socioculturelle.
Il n’y a pas de coefficient pour ces épreuves.
C’est la moyenne de toutes les notes obtenues à ces épreuves qui est comptabilisée pour une part de 40 % de la note finale.

Les textes réglementaires précisant le cadrage des épreuves hors CCF seront consultables et téléchargeables sur le site www.chlorofil.fr dès leur publication.

Non, le CCF subsiste de façon identique au passé dans ses modalités de mise en œuvre. Les CCF restent sous la responsabilité des équipes pédagogiques qui conçoivent les sujets et organisent les épreuves conformément au plan d’évaluation.

Oui, pour chacun des CCF, il n’y a qu’une note à faire remonter dans Indexa. Cette note est en point entier.
Quand pour un CCF, deux situations d’évaluation sont prévues, c’est bien la note globale du CCF qui est en points entiers.

Non, les modalités de mise en œuvre des épreuves certificatives en cours de formation (CCF) restent identiques aux pratiques habituelles dans l’enseignement agricole.
Les sujets de CCF sont rédigés par les enseignants qui organisent les épreuves et les corrigent sous la responsabilité du chef d’établissement.

Sa forme restera à l’initiative des établissements selon une trame qui sera proposée nationalement. Il aura un rôle nouveau, celui de formaliser les notes de contrôle continu. L’arrêté du 31 juillet 2018 relatifs épreuves du baccalauréat technologique STAV indique les contraintes à respecter (par exemple, la non-prise en compte des notes de CCF dans le bulletin, l’absence de coefficient…).

Une note moyenne de contrôle continu sera calculée à l’issue de la classe de première, puis à l’issue de la classe de Terminale ; c’est la moyenne de ces deux notes non coefficientées qui sera prise en compte dans la note de contrôle continu pour l’obtention du diplôme. La remontée de cette note moyenne se fera au même titre que celle des notes de CCF.

La ou les notes des enseignements optionnels seront comptabilisées dans les 10 % du contrôle continu.

La DGER s’engage à diffuser une trame de bulletin pour la remontée des notes. Cette trame sera à adapter dans les établissements en fonction notamment du logiciel utilisé pour la gestion des notes.

C’est à l’équipe de décider du-des moment(s) opportun(s) d’évaluation pour rendre compte des acquis au cours du temps et pouvoir ainsi proposer une note sur le bulletin qui soit représentative.

Il s’agit d’une épreuve orale d’une durée de 20 minutes et ayant comme support un projet, c’est-à-dire des éléments de réflexion construits dans le temps, préparé par l’élève dès la classe de première. À partir du vécu du candidat lors de son parcours de formation, il est attendu une présentation d’une situation contextualisée permettant de conduire un questionnement et d’engager une discussion en prise avec des enjeux de société.
L’épreuve orale terminale a lieu en juin de l’année de terminale. Le jury est composé de deux examinateurs : un(e) enseignant(e) des enseignements communs et un(e) enseignant(e) des enseignements de spécialité. L’éducation socioculturelle étant présente à la fois dans les enseignements communs et dans les enseignements de spécialité, un jury ne peut pas être composé de deux enseignant(e)s en éducation socioculturelle.
Un document d’accompagnement produit par l’Inspection de l’enseignement agricole viendra expliciter les attendus et la préparation de cette épreuve.

Toutes les ressources relatives à l’épreuve terminale orale sont consultables et téléchargeables depuis le site www.chlorofil.fr (Diplômes et référentiels > Baccalauréat technologique).

Le grand oral est une épreuve terminale totalement nouvelle.
Elle repose sur un exercice d’éloquence qui s’appuie sur un projet de l’élève initié dès la classe de première. Le projet est centré sur un enjeu du monde contemporain (Une Question Socialement Vive par exemple) et adossé à un ou plusieurs enseignements de spécialité (S1 à S4).
Le questionnement du jury porte sur la démarche d’investigation et sur l’aptitude à communiquer et argumenter du candidat. Aucun support ne sera présenté à l’oral.

Le sujet sur lequel va s’appuyer le projet de l’élève est validé par l’équipe pédagogique.
Le projet se construit progressivement tout au long du cycle et s’alimente des questions soulevées lors des temps de formation : pluridisciplinarité, stage individuel et stages collectifs, enseignements modulaires.
Les apports méthodologiques dans le cadre de l’accompagnement personnalisé contribuent à la formalisation du projet. Il est possible pour l’élève de créer un outil individuel de réflexion personnelle nourri des expériences vécues en situation de formation.
Pour mieux accompagner les élèves dans la préparation de l’épreuve, on privilégiera des temps d’oral dès la classe de seconde dans tous les temps de formation (modules, pluridisciplinarité, retours de stages, etc.).
Dès la fin du déroulement des épreuves terminales des enseignements de spécialité, l’ensemble de l’équipe pédagogique pourra participer à la préparation des élèves au grand oral terminal.

Les critères d’évaluation de cette épreuve sont déclinés dans la grille présente dans la note de service n°DGER/SDPFE/2019-330 du 24 avril 2019. Cette note de service précise également les modalités de l’épreuve.

Non, les jurys seront composés de membres extérieurs à l’établissement d’origine du candidat.

Tous sont susceptibles d’être convoqués dans de le cadre de l’épreuve orale terminale.

L’élève commencera à réfléchir à ce sujet en vue de l’oral dès la classe de première, mais il n’y a pas l’exigence d’avoir un sujet définitivement arrêté en début de classe de première. Il s’agit plutôt d’un travail itératif qui se fera sur les deux années.

C’est l’équipe pédagogique en interne qui valide le sujet proposé par l’élève.

La méthanisation pourrait faire partie des sujets sensibles s’intégrant dans des enjeux du monde contemporain pour faire l’objet d’investigation et de questionnement. Les élèves pourraient en effet interroger ce procédé à partir des expériences vécues en formation sur l’exploitation du lycée ou dans le cadre des périodes de formation en milieu professionnel.
Des actions d’accompagnement thématiques se dérouleront durant l’année scolaire 2018-2019 et une des actions qui sera conduite portera sur la préparation du Grand Oral.

Non, il s’agit d’une évaluation identique pour tous les candidats , quel que soit le domaine technologique choisi. Cette évaluation est intégrative. Il n’y aura pas de questions spécifiques à chaque discipline (biologie-écologie, agronomie, zootechnie). L’évaluation s’appuiera sur des cas concrets adossés à des documents et le candidat devra mobiliser ses connaissances pour répondre au questionnement.

Pour cette épreuve S4, la partie économie est commune à tous les élèves quel que soit le domaine technologique choisi.
Pour la partie spécifique, le sujet s’appuiera sur un corpus de documents qui fourniront des éléments de contexte et permettront au candidat d’analyser un processus technologique en mobilisant ses acquis.
Un sujet 0 sera présenté.

Le nouveau baccalauréat technologique série STAV s’inscrit dans la réforme du “baccalauréat 2021” conduite par le ministère en charge de l’éducation nationale. L’enseignement agricole est contraint par la nouvelle typologie d’enseignements et le nouveau règlement d’examen.
Les modifications du code de l’éducation relatives au baccalauréat général et aux baccalauréats technologiques introduisent, entre autres, une nouvelle forme d’épreuve terminale anticipée pour le français. Dorénavant tous les candidats des baccalauréats technologiques, dont ceux de la série STAV, présentent lors des épreuves anticipées : une épreuve orale et une épreuve écrite.

Le contenu de ces épreuves prend appui sur le référentiel produit par l’inspection de l’enseignement agricole. L’évaluation tient compte des spécificités de l’enseignement agricole ; par exemple, l’écriture d’invention est maintenue.

=>Toutes les ressources relatives à l’enseignement de français et à son évaluation sont consultables et téléchargeables depuis le site www.chlorofil.fr (Diplômes et référentiels > Baccalauréat technologique)

Oui, la DGER s’y est engagée.

Les précisions concernant cette épreuve se trouvent dans la note de service DGER/SDPOFE/2019-330 du 24/04/2019. Il n’y a pas de répartition des points fixée par discipline. L’épreuve est intégrative concernant la biologie-écologie et les sciences et techniques de l’agronomie (agronomie, zootechnie).

La note de service n°DGER/SDPFE/2019-330 du 24/04/2019 précise les attendus des épreuves obligatoires du premier groupe du baccalauréat technologique, série « Sciences et technologies de l’agronomie et du vivant » (STAV) à compter de la session 2021.
Les élèves pourront mobiliser ce qu’ils ont observé dans les différents territoires.
Les sessions d’accompagnement thématiques prévues à l’automne aborderont la préparation de cette épreuve et pourront apporter des indications complémentaires.

Les précisions concernant cette épreuve se trouvent dans la note de service n°DGER/SDPFE/2019-330 du 24 avril 2019. Dans cette épreuve, la première partie relative à l’économie et commune à l’ensemble des domaines est sur 6 points, la seconde partie sur 14 points ne présente pas de répartition par discipline et sera évaluée par un enseignant de sciences et techniques du domaine technologique concerné.

Le français est doté de 3.5 heures hebdomadaires contre 3 heures hebdomadaires pour les autres séries du baccalauréat technologique qui relèvent de l’éducation nationale. Ce choix a été contraint par le cadre réglementaire qui régit l’examen du baccalauréat technologique 2021. Dorénavant le français étant évalué en épreuve terminale anticipée par une épreuve écrite et une épreuve orale, le volume horaire de cet enseignement est concentré sur la classe de première.

Non il n’y a pas d’obligation à se caler sur la liste des œuvres qui sont recommandées par l’éducation nationale.
Il n’y aura pas non plus de liste spécifique à l’enseignement agricole.
Le document d’accompagnement rédigé pour le module C1 « Langue française, littérature et autres arts » précise les attendus de l’enseignement et donne des indications bibliographiques. Une capsule vidéo complétant ce document sera prochainement disponible sur Chlorofil.

Le volume horaire de langues vivantes qui est affiché est de trois heures trente. Ce volume horaire est exclusivement consacré à la certification, à la différence de l’éducation nationale où seules trois heures sont consacrées à la certification, la dernière heure devant être réalisée par un enseignant des enseignements de spécialité.
Le choix du ministère de l’agriculture a été réalisé pour privilégier la qualité des apprentissages. En effet, il est possible d’envisager un enseignement en langue étrangère d’un enseignement de spécialité dans le cadre des sections européennes. Ces dernières sont validées par l’inspection.

Le référentiel précise que l’enseignement pourra prendre appui sur la thématique « Gestes fondateurs et mondes en mouvement » commune à l’ensemble des baccalauréats généraux et technologiques, déclinés en 8 axes.

Les grilles proposées dans les documents d’accompagnement en langue vivante sont indicatives mais fournissent des repères pour la répartition de points. Il est surtout important de comprendre qu’il s’agit de mettre en œuvre une évaluation positive et par palier.

La note de cadrage spécifie que pour chaque langue, les 5 compétences sont évaluées dans un même CCF qui comporte plusieurs situations d’évaluation. Ce CCF a lieu en classe de terminale.

Le baccalauréat technologique série STAV vise bien une culture scientifique.
La réforme du baccalauréat technologique série STAV s’inscrit dans le cadre de la réforme du baccalauréat 2021 qui introduit une nouvelle typologie des enseignements ainsi qu’un nouveau règlement d’examen définis par le décret n°2018-614 du 16 juillet 2018.
Le cadrage de l’évaluation du baccalauréat technologique série STAV est donc conçu pour se conformer à cette nouvelle architecture de l’examen afin de permettre aux élèves de l’enseignement agricole de pouvoir accéder à Parcoursup au même titre que les bacheliers des autres séries technologiques.
Le nouvel examen du baccalauréat technologique est composé de 5 épreuves ponctuelles terminales (EPT), de contrôles en cours de formation (CCF) et du contrôle continu en première et en terminale. Les épreuves ponctuelles terminales portent sur les enseignements suivants français, philosophie, grand oral et les deux enseignements de spécialité de la classe de terminale.
Dans le nouveau baccalauréat technologique série STAV, les mathématiques font partie des enseignements communs. À ce titre, elles ne peuvent pas être évaluées en épreuve ponctuelle terminale.
La physique-chimie est bien associée à un enseignement de spécialité, et le choix a été fait de l’évaluer en CCF La biologie-écologie et les STA sont en revanche évaluées en épreuve ponctuelle terminale.

Oui, les répartitions par disciplines se trouvent dans les grilles horaires disponibles sur Chlorofil.
https://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2019/5/2/AGRE1914845A/jo/texte

Les enseignements de biologie-écologie et de chimie restent importants dans cette nouvelle architecture du baccalauréat. Hors pluridisciplinarité, les horaires de ces deux disciplines n’ont pas varié et permettent donc d’atteindre les objectifs fixés. Ce baccalauréat conserve donc une forte valence scientifique permettant des poursuites d’études scientifiques dans des domaines et des types de formation variés.

Haut de page ↑